Charge mentale des femmes : une solution?

charge mentale

Cette semaine j’en ai eu marre, ras la casquette, le vase a débordé et mon sentiment de mal être avec, se déversant sur l’époux comme un torrent de reproches. Marre? Mais de quoi?

De tout: marre de devoir supporter seule le développement de mon entreprise ET de gérer la maison. Et quand je dis « maison » je dis:

  • rangement quotidien
  • ménage quotidien
  • grand ménage hebdomadaire
  • linge (tri/machines/repassage/rangement)
  • établir le menu/faire les courses
  • préparation des repas
  • faire les devoirs
  • donner le bain
  • préparer les enfants le matin
  • gérer les papiers/les comptes

(liste non exhaustive)

Charge mentale : kesako?

La charge mentale est la juxtaposition des charges pro et perso. Elle se réfère à la capacité à intégrer des informations. Le problème? cette charge dans le monde du travail, n’est pas de la même nature que celle personnelle de la maison. Conséquence: nous devons penser simultanément à des choses appartenant à deux mondes séparés physiquement et nous sommes littéralement envahies par ces pensées. Et c’est cette simultanéité des responsabilités domestiques et professionnelles qui représentent la charge mentale.

J’ai découvert cette définition dans le magazine Femmes ici et ailleurs. Cela m’a permis de mettre un nom sur ce que je savais, sans pouvoir le conceptualiser.

Non mais vous imaginez? En gros, vous êtes tranquillement en train de bosser et d’un coup PAF, oh zut, faut que je prenne rdv chez le dentiste pour l’enfant un. Re-travail… ET MERDE on mange quoi ce soir? Rien qu’à l’écrire ça m’épuise. Sauf que l’épuisement mental, n’est pas le même que celui physique. Il est plus insidieux, et tellement difficile à combattre. La question que je me pose: cette charge mentale, d’où vient-elle?

 

Charge mentale: qui est responsable?

Alors de prime abord, forcément, on pense à nos chers et tendres époux, représentants de la gente masculine, ladite gente qui a légèrement abusé de leur condition de « supériorité masculine » ces derniers siècles hein. On ne peut pas changer en quelques décennies ces habitudes ancrées quasi génétiquement: l’Homme au travail, la Femme à la maison. Et oui! sauf que bah les femmes travaillent aujourd’hui. Cela donne donc: la Femme au travail ET à la maison et l’Homme bah juste au travail. Mon équation est exacte, cherchez pas.

MAIS, je ne peux cesser de me demander si nous ne nous sommes pas empêtrées dans cette situation, dans un soucis de vouloir tout gérer telles des Wonder Women, et de leur prouver à eux: « et ouai les gars! nous on peut tout faire, en revanche vous, sans nous, vous vivriez dans des détritus avec des sous-vêtements qui puent, et mangeriez votre caca ».

Bien que cette idée soit plaisante, de se dire que sans nous, ce ne sont que de pauvres cloportes implorant notre aide pour vivre décemment, je suis sûre que si nous leur déléguions quelques tâches, avec le temps, ils pourraient nous surprendre ET nous aider. Encore faut-il qu’ils le veuillent, puisque certains se complaisent parfaitement dans l’idée d’être logé dans une maison propre, nourri et blanchi. Messieurs je ne vous dirai qu’une chose: votre femme n’est pas votre mère.

Y-a-t il des solutions pour lutter contre la charge mentale?

Deux cas de figure:

  • vous acceptez cette situation et ça vous plaît de tout faire (ou vous êtes obligées de tout faire toute seule):

Dans cette hypothèse, (qui est la mienne) je ne peux que vous conseiller de segmenter au maximum ces deux mondes, de penser à la maison quand vous êtes à la maison uniquement. Il faut donc avoir une organisation quasi-militaire. Moi par exemple, lorsque je fais mon planning de la journée le matin, j’ai des planches horaires allouées à ces deux mondes, j’utilise deux couleurs différentes etc… Me concernant, l’exercice est d’autant plus difficile que je travaille chez moi… Autant vous dire que de ranger la baraque au lieu de bosser c’est tentant! Tout le côté administratif, je m’en occupe le week-end si ça n’urge pas. Le seul moyen de ne pas péter un boulard, c’est de vous allouer du temps rien qu’à vous, une demi journée, une heure par jour, RIEN qu’à vous.

  • ça ne vous convient pas:

Une seule solution: déléguer. Apprendre à vos enfants à ranger, à mettre leur linge au sale, à jeter  au fur et à mesure… Déléguer à votre époux: je fais à manger, tu fais les courses etc… C’est le seul moyen de vous soulager.

Conclusion:

Je vais vous faire part de mon expérience, je suis ce qu’on peut considérer comme une légère maniaque de contrôle: j’aime tout faire, parce que je me dis, à tort, que ça sera mieux fait.

Mais il y a quelques temps, mon corps m’a envoyé un message, un message qui, je pense, devait signifier ceci: « Euh ma cocotte, tu vas te calmer hein!! donc maintenant tu te fais aider et t’arrête de tout faire parce que dans 10 ans tu vas faire une crise cardiaque!! Premier avertissement: tu te calmes! ». Je suis restée 3 jours couchée. 3 jours sans pouvoir me lever, ni marcher, ni manger. Et devinez quoi? La maison ne s’est pas effondrée, mon mari et mes enfants ne se sont pas mis à vivre nus en se roulant dans leurs excréments. Bon ils ont mangé des pâtes pendant 3 jours mais c’est tout. Et le meilleur dans cette histoire, c’est que mon mari, à la fin m’a dit: « ok. tu ne peux pas tout gérer toute seule, c’est impossible et invivable. Je vais t’aider ».

Croyez moi, c’est tout ce que j’avais envie/besoin d’entendre. Il a pris conscience de ce que c’était et il va m’aider. Quel soulagement!

Bref, il s’agit de trouver son équilibre, de savoir dire « j’ai besoin d’aide », de le reconnaître et de l’accepter. Mais surtout, il s’agit de ne pas se mettre de pression, si la vaisselle n’est pas faite, si le linge déborde… C’est la vie!

 

4 Replies to “Charge mentale des femmes : une solution?”

  1. Merci Pauline pour cet article, toujours sous le ton de l’humour!
    Après avoir vu ma maman encaisser la charge mentale pendant des années et même encore aujourd’hui, j’ai décidé que je n’avais pas à subir cette situation!
    Je pense qu’il est important de bien délimiter les tâches à la maison dès le début.
    Par exemple, avec mon copain, je m’occupe du linge, lui du lave-vaisselle.
    Je repasse, lui descend les poubelles (d’ailleurs l’autre jour j’ai dû aller descendre les poubelles, je me suis carrément trompée d’étage lol).
    Je fais la salle de bain, lui s’occupe des sols…
    Je pense que le fait de déléguer nous aide à gérer la chose car évidemment la charge mentale ne s’arrête pas au ménage…
    Un jour nous étions dans un restaurant de burger et le menu de la semaine c’était « Burger Ralapeño » et là… il me dit « Mais j’aime ça moi le ralapeño?! » J’étais désespérée… En bref, nous avons encore du chemin à parcourir!

    1. ah ah mais tellement!! C’est vrai que cela ne s’arrête pas aux tâches ménagères. C’est effectivement tellement appréciable de pouvoir partager, et d’avoir un système de « compensation »!

  2. l’important c’est que vous le posiez quelque part : sur votre blog c’est une bonne idée. vous avez de la chance d’avoir un amoureux compatissant ! c’est pas le cas de la pluspart des femmes. Je gère tout seule : la maison et ses habitants, la scolarité des enfants, le handicap d’un d’entre eux, mon taf, moi c’est en dernier. c’est fou d’être en 2019 et d’en être encore là…j’espère que les prochaines génération vont bouger leu miches, la mienne (quinqua bien tassée), c’est mort…

    1. C’est vrai qu’il compatit, mais je préférerai qu’il agisse davantage ah ah. Et je suis d’accord, j’espère que les futures générations feront différemment.. Bon courage, vous êtes une super héroïne des temps modernes pour moi 😉

Laisser un commentaire

13 + quinze =