Je n’aime pas être enceinte

ne pas aimer être enceinte maison des maternelles blog pauline et oscar

Il y a un an j’écrivais cet article où je vous expliquais pourquoi je n’aime pas être enceinte. C’est si loin et en même temps tellement présent. Cet article m’a valu un passage dans l’émission La maison des maternelles. À l’époque je ne me doutais absolument pas des retombées que cela pouvait avoir. Ne pas aimer être enceinte me paraissait tellement tabou. J’ai écrit cet article pour me déculpabiliser et dédramatiser les choses. J’ai reçu des mails, des messages de mamans dans mon cas qui ont partagé leur expérience. Alors merci à elles, ces (futures) mamans pleines de courage, d’espoir et d’amour. Mais aussi avec des craintes, qui sont tellement légitimes… Vous êtes au top. Je vous laisse (re)découvrir l’article:

 

Ne pas aimer être enceinte

 

Avant toute chose chaque grossesse est unique et les propos tenus n’engagent que moi, j’ai bien conscience que certaines d’entre vous ne seront pas d’accord avec moi et heureusement!!

 

Porter un enfant est une chose merveilleuse

Euh non je ne crois pas… Enfin pas pour moi. Je n’aime pas être enceinte, je n’aime pas me priver de certaines choses (pinard, fromage au lait cru, sushi etc…), je n’aime pas être essoufflée en montant 2 pauvres marches, je n’aime pas grossir à vue d’œil, je n’aime pas être victime de mes hormones, je n’aime pas ne pas pouvoir m’habiller comme je le désire… et je pourrais continuer encore longtemps hein.

 

  • Le premier trimestre de grossesse

Mais quelle horreur, je n’ai jamais été épuisée à ce point. Je ne pouvais rien faire, si je me promenais trop longtemps j’avais peur de faire un malaise donc je dormais. Et plus tu dors et bien plus t’as envie de dormir. J’ai l’impression d’avoir gâché 3 mois de ma vie. Sans parler des hormones, hein, qui m’ont fait pleurer presque tous les jours, ne voyant le verre qu’à moitié vide.

Bref j’étais au bout du rouleau, prenant du poids juste à cause de mon corps qui se préparait à stocker tout ce que je mangeais sur la culotte de cheval et au niveau de la taille, c’est vrai on sait jamais, s’il m’avait pris l’envie de partir faire un trek en Sibérie, que je me paumais n’ayant plus rien à manger mise à part des couilles d’élan!!!! Mon corps a donc décidé qu’il me fallait des réserves. Oui pendant la grossesse sache que ton corps ne t’appartient plus, que c’est une entité à part entière.

Donc pas de vêtements de grossesse, juste des vêtements 2 tailles au dessus. A ce moment là on ne voit pas que tu es enceinte, on voit juste et bien, que tu as grossis…

 

  • Le deuxième trimestre de grossesse

Niveau hormonal ça va mieux, la fatigue s’estompe même si on est encore essoufflées et le ventre s’arrondit. J’en suis à mon 5ème mois, la grossesse se voit et mon mari m’appelle affectueusement sa « madeleine » (vous voyez comment c’est une madeleine? vous y êtes? oui je ressemble effectivement à ça). J’ai investi dans mon premier jean de grossesse (c’est laid mais qu’est ce qu’on est à l’aise).

Le deuxième trimestre c’est le meilleur: t’es relativement en forme, ton ventre est rond juste comme il faut. Mais tu ne peux toujours pas manger ce p***** de plateau  charcut/frometon avec un verre de pinard. Non, tu te contentes de regarder les autres avec des curly tout pourris et ton jus d’orange, te contentant de répondre « non c’est pas grave » avec ton plus beau sourire quand tes hôtes te disent « aaaaaaahhh on est désolé on a pas pensé que tu pourrais pas en manger » alors que tu penses ça: « QQUUUUOOOI?!! TU TE FOUS DE MA GUEULE!!! T’AS OUBLIÉ QUE J’ÉTAIS ENCEINTE MAIS T’ES TEUBÉ????!!!!!!! »

Oui les hormones te contrôlent, alors quand tu dis à ton mari en sortant de ce dîner « Je te préviens c’est la dernière fois qu’on y va!!!!! » et qu’il te répond « Mais enfin c’est ta mère », c’est normal.

 

  • Le troisième trimestre de grossesse

Comment te dire… pour imager tu passes de « madeleine » à « baleine ». N’y étant pas encore je vais me baser sur ma première grossesse: mes pieds ressemblaient à des pis de vache, ton dos et tes organes te font souffrir et quand le bébé bouge on dirait Alien VS Predator dans ton utérus.

Tu ne peux plus mettre tes chaussures toute seule, tu ne vois plus la partie inférieure de ton corps (PS: l’épilation en institut devrait être remboursée par la sécu. Elle devient physiquement impossible. Soit t’as de la chance et c’est l’hiver, soit c’est l’été et t’es fichu)

Le seul point positif, tu ne fais plus la queue et t’as toujours une place assise dans les transports. Bref tu es au bord de l’explosion et tu pries pour accoucher le plus rapidement possible parce que ça fait 9 mois que tu partages ton corps et que ça suffit!!

 

Question à 10000$

 

La question que certaines d’entre vous sont en droit de se poser: « Wesh meuf pourquoi tu fais des enfants?! »

Alors pour la première grossesse c’était l’inconnu hein, j’ai pris 20 kilos, j’avais mal partout, mais quand on m’a donné mon bébé et que j’ai fait sa connaissance ça a été magique. Ceci étant dit, mon accouchement ayant été effroyable, je ne voulais pas d’autre enfant. Enfin pendant 4 ans, après j’ai ressenti ce besoin de materner et d’avoir un autre enfant.

Pour conclure on peut considérer la grossesse comme un état de plénitude absolu, détester être enceinte, ne pas vouloir d’enfant… Tout ceci reste des avis personnels qu’il faut respecter. Á l’instar de l’allaitement, de la manière d’accoucher ou d‘élever son enfant, il n’y a pas de bonne ou mauvaise pratique. Chacun fait comme il l’entend, à partir du moment ou ton bébé est aimé et en bonne santé.

 

ne pas aimer être enceinte

 

Avec cette article je voulais que les futures mamans ne se sentant pas épanouies pendant leur grossesse arrêtent de culpabiliser. Aujourd’hui j’ose espérer que ce n’est plus tabou de dire « Je déteste être enceinte » sans être victime d’une personne moralisatrice.

J’espère aussi que ça vous aura fait rire.

 

N’hésitez pas à me dire comment vous vivez votre grossesse…

 

À bientôt!

14 Replies to “Je n’aime pas être enceinte”

  1. Emilie sans tabou dit : Répondre

    Bonjour,

    En regardant le replay de votre passage dans l’émission des maternelles ce matin je me suis sentis tellement mieux car oui … Je ne suis pas seule. L’entourage qui te pose sans arrêt la même question « comment vas-tu et le bébé il pousse » alors non je ne vais pas bien et oui le bébé pousse, il grandit, mais il prend de la place, peut-être sera-t-il nageur professionnel car la brasse il connaît. Avant de tomber enceinte je n’aimais déjà pas cette idée qu’un « intrus » me squatte, pousse mes organes pour se faire un nid et m’oblige à me plier à des règles comme du style ne mange pas ça, repose-toi suffisamment, boit beaucoup d’eau, ne t’énerve pas car bébé ressent tout et je passe sur tous les problèmes qui s’accompagne, nausées, vomissements (je suis à 7 mois et j’en ai toujours), la peau qui tire, la pression sur la vessie, les remontées acides de l’estomac, les douleurs dorsales, la déprime, les essoufflement au moindre effort … bref une période de 9 mois de ta vie mise entre parenthèse pour avoir la plus belle chose que la vie peut offrir « selon papy de 87 ans qui sera arrière grand père pour la 5eme fois ». Il est vrai que 9 mois c’est rien comparé à la joie de voir pour la première fois ton enfant, de le chouchouter, de l’aimer, de le gronder aussi un peu, de le consoler et surtout de le voir grandir pour qu’un jour lui aussi prenne son envole – 9 mois contre une vie qu’est ce que c’est !- Le plus dur, à mon sens, c’est qu’en tant que femme tu n’existe plus et que tu devienne la femme qui donnera la vie alors j’ai envie de dire à tous c’est gens … Je m’appelle Emilie, je suis une femme, je suis brune, avec mes goûts, mon caractère et pas seulement une poule pondeuses alors ne m’oublier pas. Mais surtout une leçon que j’ai apprise en me déculpabilisant c’est que même si la grossesse n’est pas idilique, ou que le petit alien qui grandit en nous nous fait pas fondre de bonheur, l’amour que l’on portera à son enfant le jour où son regard croisera le notre nous changera sûrement et que cet amour sera tout aussi instance que si l’on avait aimé cette état « d’incubatrice ».
    Vive la liberté d’aimer ou non la grossesse et d’en parler sans tabou et sans peur d’être jugée !

    1. Bonjour Emilie! wouah, merci pour ce magnifique message. Tu résumes si bien la situation: oui on peut ne pas aimer être enceinte, le dire et l’assumer, avec des raisons qui nous sont propres MAIS l’amour que l’on va porter à cet enfant à naître n’en sera pas pour autant diminué. Je te souhaite plein de courage pour ce dernier trimestre de grossesse (c’est le pire, déso). Et bien évidemment plein de bonheur avec ton futur bébé.

  2. Ah ah merci pour cet article qui m’a fait sourire et fait du bien en même temps ^^ Je déteste l’état de grossesse également. Ce n’est plus moi, 9 mois d’abnégation de soi, ne plus pouvoir faire ce qu’on avait l’habitude de faire… C’est assez dur à vivre pour moi. En quand on en parle, pas mal de femmes n’ont pas aimé leur grossesse non plus… en fait, dans mon entourage, très peu on apprécié ce moment. Mais personne n’en parle. C’est dommage, cet espèce de tabou m’agace. Je désire cet enfant plus que tout, je ferai tout pour lui, mais c’est état transitoire… arf… finalement, ça me plaisait bien la version des bébés qui naissent dans les choux ou les roses ou encore, la livraison par cigogne. Si seulement…

    1. Merci pour ce joli commentaire! Et effectivement, ma fille va avoir 1 an et je l’aime plus que tout alors que je n’ai pas aimé être enceinte, les choses sont bien distinctes. Je t’envoie tout mon courage pour le reste de ta grossesse (et l’accouchement…) :-). Belle soirée

  3. Jai matté le replay des maternelles ce matin. Tu m’as fait énormément de bien. Ca fait 8 mois que je me sens moi, mais en moins bien, en diminuée. Je vis loin de ma famille et de mes amis de toujours. J’aimerai hurle JEN AI MARRE PUTAIN CEST TROP LONG! Mais dès que je prononce un début de phrase du type « vivement la fin… », je suis tout de suite coupée par « moi jai a-do-rée » ma grossesse » et autres « qu’est ce que tu rayonnes »

    Mais merde!!!!! Jai les larmes prêtes à couler à avouer mon mal être, et eux me parlent d’eux! Putain mais y’a donc personne pour me soulager!!!???

    Rien à cirer de ma grossesse, jai toujours voulu être maman, mais jai jamais ete intéressée par ces 9 mois de passage obligé.

    Et après on te reproche de tisoler. Bah oui, j’arrive pas à me faire entendre. J’ai envie de rester dans mon trou de souris avec mon homme. Le monde m’énerve à etre beau -à paraître beau-

    Heureusement que ce genre d’article me fait du bien. Merci, merci…

    1. Oh merci! Et comme je te comprends. RDV du 8ème mois et ma Gyneco me demande: « alors comment allez vous? » J’avais juste envie de lui répondre: « quelle question?! Je suis enceinte de 8 mois, j’ai le dos en compote, ma fille me ruine l’utérus, j’ai peur de me faire pipi dessus tout le temps et j’ai failli pleurer quand on a refusé de me laisser la priorité en caisse au supermarché. Je me sens diminuée parce que je peux même plus faire le ménage sans risquer une syncope et je ne peux plus mettre mes chaussures toute seule ». Sauf que j’ai répondu: « ça va ». Je pense sincèrement que nous ne sommes pas les seules femmes à être dans cet état. On commence à assumer et ça fait du bien… je te souhaite plein de courage pour la fin de ta grossesse. Perso il me reste 20 jours (oui je barre les jours de mon calendrier comme une prisonnière ah ah). On est forte, on va y arriver!!

  4. Merci pour cette article.
    Je me sens moins seule dans cette parcours dit « magique » mais finalement épuisant.
    J’ai presque honte de dire que la grossesse n’est pas mon truc, je nuis pas dans les nuages, je n’aime pas être grosse et fatiguée….
    C’est parti pour les 7 dernières semaines!
    Merci encore

    1. C’était pareil pour moi, qui veut entendre que « porter la vie » c’est tout sauf une partie de plaisir, qu’on n’est plus libre de faire ce qu’on veut, qu’on a aucune maîtrise de son corps etc… un bon courage pour la fin!

  5. Très drôle, très vrai! Je suis venue vous lire après la maison des maternelles »^^. Je suis enceinte de mon deuxième, au début du neuvième mois. Après les vomis tous les matins pendant 3 mois, les prises de sang et les touchers vaginaux mensuels, le plateau de … babybel, je suis au stade baleine, aigreur d’estomac et je marche maintenant comme une grand-mère avec ma sciatique! Cela dit, c’est en effet un bonheur d’être maman, sinon, on n’aurait pas remis ça! Bon courage pour le dernier trimestre!! Bises, Julie

    1. C’est tellement rassurant de ne pas être la seule à souffrir de cette prise de poids, de ces maux de grossesse! Pour vous c’est la dernière ligne droite, courage!

  6. Tu m’as fait rire, merci!!
    En tous cas j’ai pas hâte ahhah et effectivement ça n’a pas l’air simple..
    Plein de courage ma paupau je te fais de gros bisous
    ❤️

  7. J’ai beaucoup ri et pour compatir ce sera dorénavant vache qui rit pour tout le monde c’est flo qui va plus vouloir venir

  8. Tu me fais rire et tu me manques. Les deux beaucoup beaucoup ….

    1. Toi aussi ma Gabrina…

Laisser un commentaire